Page précédente. Retour accueil


1980, Retour dans le passé.

Langages de programmation,
lequel choisir ?

Tableau parue dans l'Ordinateur Individuel numéro spécial "Guide 1981-1982".

Nom : Avantages : Inconvénients : Résumé :
Basic. Disponible sur pratiquement tous les matériels. Nombreux programmes tout faits. Très facile à apprendre. Bonne possibilités de traitements de chaînes de caractères d'affichage et de dialogue. Relativement portable. La portabilité n'est pas totale. Non structuré. Peu de types de données. Jeu d'instructions souvent pauvre. Traitement des fichiers souvent rudimentaire. Généralement très lent (version interprétées). Sans le Basic l'informatique individuelle ne serait pas ce qu'elle est ! Il permet d'écrire facilement des programmes simples et de s'initier à la programmation. Son utilisation pour des programmes complexes ou faisant appel à des traitements de fichiers est assez acrobatique, à moins que vous ne soyez très organisé.
Pascal. Langage structuré. Nombreux types et structures de données. Bon compromis entre la liberté d'écriture et la rigueur. Facile à apprendre. Oblige à prendre de bonnes habitude. Portable sur de nombreux matériels. Nécessite un système important. Peu de programmes tout faits. Quelque restrictions dans la syntaxe du langage. Possibilités numériques limitées (pas de double précision en réels). Ne convient pas à un débutant intégral. Pascal permet d'écrire des programmes de façon modulaire, ce qui simplifie la mise au point et les modifications structurée. Il a cependant de nombreuses limitations qui font qu'on ne peut le recommander sans réserve.
Cobol. Gestion de fichiers puissante. Assez portable. Très verbeux, très rigide et très lourd. Possibilité numérique faibles. Non structuré. Nécessite un système important. A moins d'utiliser des programmes déjà écrits pour une grosse machine (si sa , je ne vois pas très bien l'intérêt ...
Fortran. Bonnes possibilités numériques. Utilisation des sous-programmes très souple. Relativement portable. Nombreux programmes tout faits. Pas de traitement de chaînes de caractères. Affichage et dialogues laborieux. Non structuré. Nécessite un système important. Sur un ordinateur individuel, Fortran ne se justifie que sur les applications numériques ou techniques, pour lesquelles existent d'importantes bibliothèques de sous-programmes.
LSE. Vocabulaire Français. Utilisation de vrais sous-programmes. Bonne possibilité de traitement de chaînes de caractères. Facile à apprendre. Disponible sur peu de matériels. Non structuré. Peu de programmes tout faits. LSE est le langage officiel des ordinateurs individuel dans les lycées Français. Il faut bien dire qu'il est peu répandu en dehors de ce cadre. C'est un langage d'aspect classique, très proche de Basic et de Fortran. On peut regretter que l'Education Nationale cherche à imposer un outil sans grande originalité dont la supériorité n'est pas évidente ni pour l'initiation ni pour les applications professionnelles.
APL. Nombreux opérateurs puissants, en particulier sur vecteurs et tableaux. Très concis. Permet le développement rapide des programmes numériques. Portable. Très difficile à lire et à relire ! Utilise de nombreux caractères spéciaux non disponibles sur les systèmes courants. Difficile à apprendre. Non structuré. Nécessite un système important. Lent (toujours interprété) Les adeptes de ce langage ne jurent que par lui et les autres n'y comprennent rien. Sauf pour certaines applications très spécialisées comme le calcul matriciel, l'APL n'apporte pas suffisamment d'éléments positifs.
Langage
d'Assemblage.
Exécution très rapide. Contrôle total des opérations. En général indispensable pour le logiciel de base et le contrôle des périphériques. Programmes longs à écrire. Mise au point pénible, a moins de disposer de logiciels spécialisés qui demandent un système important. Non structuré. Non portable par définition (spécifique d'un microprocesseur) Le lange d'assemblage n'est pas adapté à l'écriture par un non-spécialiste de programmes importants.


Page précédente. Retour accueil Haut de la page.